• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
15/09/2012

Les applis HTML5 vont signer la fin du modèle « Store »

Cet article a permis à son auteur Guillaume Daudin, Centre de formation des journalistes, de remporter le 4ème prix lors du Concours étudiant Génération mobilité, organisé par Sia Partners et Orange

Le monde des applications mobiles est en transition, verrouillé pour l'instant par les « Stores ». Mais l'avenir est à l'ouverture et à la démocratisation : demain, grâce au HTML5, entreprises et utilisateurs pourront créer et diffuser librement leurs applications, renouant avec la promesse initiale d'un internet libre guidé par ses utilisateurs.

 

Le monde des appli dominés par les « gros »

Les internautes adorent et abhorrent Apple, Google et Microsoft, dont les services sont incontournables, pour le meilleur et pour le pire. Apple, dont le fondateur Steve Jobs était connu pour ses positions fidèles au puritanisme américain, rejette parfois des applis (1) de son « Store », par exemple parce que leur contenu est jugé, à tort, pornographique.

 

Financièrement, utilisateurs et entreprises ne peuvent être non plus totalement satisfaits des « Stores »: Apple (2), Google (3) et Microsoft (4) prélèvent chacun 30% du prix de vente.

Techniquement aussi, c'est parfois compliqué : d'un OS à l'autre, il faut réadapter l'application, ce qui fait qu'elles sont parfois différentes, contraignant le « mobinaute » à changer ses habitudes de son iPhone à sa tablette Android.

Enfin, que dire de l'écueil de la confidentialité, quand 3/4 des Français (5) déplorent que la sécurité de leurs données personnelles en ligne « n'est pas garantie » ? Or les applis mobiles sont potentiellement très indiscrètes (6), installées sur un appareil au coeur des vies sociales.

 

Une nouvelle technique pourrait toutefois casser le monopole de ces « Stores » sur le monde des applis.

De l'avantage du HTML5

Les « web apps » en langage HTML 5, encore en développement, ont le potentiel pour remplacer un jour une bonne partie des applis conçues actuellement. Téléchargées depuis le navigateur, les applis se placent elles aussi sous forme d'icône sur l'écran du terminal.

Par rapport aux applis « natives » d'iOS ou d'Android, vendues uniquement via les « Stores », elles présentent le double avantage de ne pas être soumises à l'éventuelle censure préalable, et d'avoir un prix librement fixé (si elles sont payantes) qu'Apple, Google ou Microsoft ne peuvent taxer.

Techniquement, elles s'adaptent aisément à tous les supports : tablette et mobile.

Seuls inconvénients identifiables pour l'instant, la difficulté à les commercialiser hors « Stores » officiels, qui sont il est vrai un moyen efficace pour les trouver. Mais il suffirait d'en créer de nouveaux, alternatifs. Autre problème, seuls 110 millions de mobiles sont actuellement compatibles HTML5. Mais une étude indique que 2,1 milliards d'entre eux le seront en 2016 (7).

Grâce à tous ces avantages, le futur des applis pourrait se conjuguer... au singulier. La question de la confidentialité, mais aussi plus simplement la soif de créativité des jeunes, entraînera les « mobinautes » à créer eux-mêmes leur application.

Quand l'utilisateur créera son application

Pour l'instant, faire son appli en HTML5 relève du geste militant en faveur de l'internet libre. Ces applis sont encore peu connues, à l'exception peut-être de celle du quotidien économique Financial Times, qui compte plus d'un million d'utilisateurs.

Mais déjà, le HTML5 se démocratise : le Site du Zero (8) et Codecademy (9) proposent des tutoriels ludiques pour apprendre à coder pour les applis mobiles. Des entreprises (10) proposent déjà leurs services, en attendant l'arrivée d'utilitaires WYSIWYG (what you see is what you get), avec lesquels l'internaute pourra créer intuitivement des applications.

A terme, chaque « mobinaute » devrait pouvoir développer son application personnelle, dont il contrôlerait les données et empêcherait leur divulgation, limitant ainsi les problèmes de confidentialité.

Il pourrait par exemple indiquer ses mensurations, ses goûts et ses marques préférées et modéliser sa silhouette et son visage avec l'appareil photo du téléphone. L'appli irait fouiller dans les serveurs des marques à la recherche des vêtements remplissant ces critères, et lui présenterait périodiquement son image avec les vêtements proposés. Une appli hyper-adaptée à ce que le « mobinaute » souhaite : des pubs, oui... mais je décide lesquelles !

Accessibles pour tous, sans verrouillage, les nouvelles applis en HTML5 annoncent un futur radieux pour les « mobinautes », qui auront un potentiel créatif illimité, mais aussi pour les entreprises, qui verront le fruit de leur travail plus justement récompensé.

Notes

(1) : Pour avoir affiché le mot « pénis » et une photo d'un homme dévêtu en une, un magazine espagnol s'est vu refuser l'accès à l'Apple Store : http://www.slate.fr/lien/49559/HIGH-TECH-apple-censure-penis

La firme californienne a publié sa politique de validation des applications et se réserve donc le droit de dire « non » // Guidelines developper Apple : https://developer.apple.com/appstore/guidelines.html

Chez Google, ce contrôle est moins politique que technique. Le « Bouncer » de Google : http://googlemobile.blogspot.com/2012/02/android-and-security.html

(2) Apple - Conditions de distribution - https://developer.apple.com/programs/ios/distribute.html

(3) Androïd Market - Frais de transaction https://support.google.com/androidmarket/developer/bin/answer.py?hl=fr&answer=112622

(4) Microsoft MarketPlace 30% http://create.msdn.com/en-us/home/faq

(5) Etude Harris Interactive, le 24 janvier 2012
http://www.harrisinteractive.fr/news/2012/Results_HIFR_Berger_24012012.pdf

(6) ZDnet : Les applications mobiles potentiellement très indiscrètes http://www.zdnet.fr/actualites/facebook-youtube-flickr-les-applications-mobiles-potentiellement-tres-indiscretes-39768991.htm

(7) ABI Research : http://www.abiresearch.com/press/3730-2.1+Billion+HTML5+Browsers+on+Mobi...

(8) Tutoriel du Site du Zéro : http://www.siteduzero.com/tutoriel-3-553417-developper-des-applications-...

(9) Codecademy : http://www.codecademy.com/#!/exercises/0

(10) YourAppNow, AppInventor , MobileRoadie, Générateur d'applications d'Orange Vallée ou encore Goodbarber

Sources

Numerama - Mozilla veut des notifications en push pour les applications HTML5 (Guillaume Champeau), 06 février 2012 // http://www.numerama.com/magazine/21537-mozilla-veut-des-notifications-en...

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top