• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
20/01/2016

CES 2016, la dynamique du déploiement numérique - Synthèse à découvrir avec Jean-Pierre Corniou

S’il fallait résumer l’esprit de l’opus 2016 du CES, il faudrait insister sur le fait que l’innovation ne réside pas dans la pertinence d’une idée, mais dans la force de son déploiement. Bien entendu le CES 2016 fourmille d’idées nouvelles et les 250000 m2 des stands de  cette exposition hétéroclite et chatoyante recèlent des pépites qui deviendront certainement dans cinq ans d’évidents grands succès. 

Il suffit, pour se convaincre de la vitalité de la création numérique, d’arpenter les allées du Sands où sont installés les start-ups de l’Eureka Park ou exposés les Awards de l’année, distinction fort prisée à l’impact commercial convoité. Les idées foisonnent, la conviction des créateurs est contagieuse. Et la forte présence des stands de la French Tech rassure sur la capacité de notre pays à  innover, d’autant plus qu’on y rencontre de fortes délégations de dirigeants français, emmenés par Emmanuel Macron ou Pierre Gattaz.

 

Mais la force qui émane du CES est la démonstration vivante du passage de l’idée au déploiement massif. D’année en année, la reconfiguration dynamique des espaces du CES, partagé désormais entre l’historique LVCC, Las Vegas Convention Center, et le Sands, dont il a chassé le salon de l’érotisme, montre bien, symboliquement,  la nature de la révolution numérique. C’est dans la vitesse et la profondeur de la propagation des idées neuves que se jouent les transformations. C’est dans l’adaptation permanente des structures, des comportements, des pratiques sociales que la métabolisation des percées techniques se transforme en innovation sociétale. Le CES, avec la souplesse d’adaptation de ses structures physiques, de ses programmes de conférences, le choix de ses conférenciers est la démonstration vivante et symbolique de la révolution numérique.

 

S’il a fallu soixante ans pour électrifier la France, il n’a fallu que huit ans pour que le concept imaginé par Steve Jobs d’un ordinateur mobile, pouvant téléphoner, léger et autonome, couplé à un magasin d’applications, séduise la totalité de la planète. C’est parce que la simplicité de ce modèle a convaincu les utilisateurs d’y adhérer sans réserve qu’aujourd’hui des milliards de smartphones, de tous prix, peuvent accéder à des millions d’applications, gratuites ou très peu couteuses, couvrant à peu-près toutes les situations, tous les besoins, tous les désirs. Le smartphone - dont on ne peut plus vraiment dire qu’il est un « téléphone », même intelligent, tant la partie de communication vocale s’est marginalisée pour ne représenter plus que 15% des usages - est devenu la porte d’entrée incontournable de toute application numérique.  Il s’en est vendu 1,4 milliard en 2015. C’est cette universalité, garantie par une standardisation des interfaces et l’interopérabilité des techniques, qui confère sa pertinence au smartphone, couplé à un foisonnement d’applications.

C’est aussi parce que l’industrie est passée d’un modèle d’intégration verticale, qui était la force de l’informatique des années soixante-dix à quatre-vingt-dix avec les exemples d’IBM ou de DEC, à un modèle  de « monopoles de couches », unifié par les techniques de l’internet, que l’on peut disposer d’une grande souplesse dans les solutions et dans les usages. Seul Apple, qui a toujours ignoré le CES,  apporte aujourd’hui le contre-exemple, brillant, d’un industriel qui réussit à maitriser l’ensemble de la chaine de valeur, des matériels au système d’exploitation et aux logiciels. Cette stratégie solitaire est payante car même dans le segment en déclin des PC, il est le seul à progresser.

Le CES illustre bien la nouvelle structure de l’industrie. L’universalité de l’accès renvoie au rang de commodités les outils – PC, tablettes, hybrides, smartphones – qui ne sont plus les vedettes du CES tant la profusion de modèles et leurs capacités analogues ne constituent plus un facteur de choix essentiel. Alors que mondialement le marché des PC est en décroissance continue (-10% encore en 2015) , les nouvelles générations de smartphones sont jugées peu innovantes et ne se jugent que par la taille de leurs écrans dans un marché où les positions des constructeurs sont figées, les clients démontrant une grande fidélité à leur marque. Le marché des smartphones pourrait atteindre rapidement la saturation. Le marché des tablettes n’a pas pris le relais attendu, mais les hybrides – tablettes avec clavier aux performances d’un PC – semblent profiter de l’atonie des marchés des produits matures pour émerger.  Les clients sont devenus pragmatiques. Ils conservent plus longtemps leurs appareils et construisent leur propre pratique d’usage à travers divers outils de façon souple et personnalisée. Ceci rend d’ailleurs incontournable le développement des pratiques de « BYOD », Bring Your Own Device, tant l’appropriation individuelle est forte.

 

Pour une manifestation qui fut longtemps exclusivement un salon du matériel, image et son, l’enjeu est d’intéresser aux usages par définition, multiples et immatériels.

C’est pourquoi le CES tend aujourd’hui à mettre en scène les usages avec une remarquable capacité d’adaptation.

Le numérique s’infiltre dans les métiers traditionnels comme l’automobile et l’habitat, mais fait aussi naître de nouvelles activités comme les objets connectés sportifs, les drones, les imprimantes 3D, les robots. Les stands attribués à tous ces métiers ne cessent d’année en année de grandir.

 

Découvrez la suite de l'article sur le blog de Jean-Pierre Corniou, avec notamment un focus sur : 

L'omniprésence des écrans

La mutation des drones

L’imprimante 3D devient un centre d’usinage

L’automobile un objet de consommation électronique

Le monitoring du moi

Le confort et la sécurité du domicile

 

Retrouvez toute l'actualité du secteur des Télécoms, Innovation et Média en vous abonnant à la Newsletter mensuelle de Sia Partners Télécoms, Média, Innovation et Stratégies Digitales

* indicates required

 

 

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top