• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
29/10/2015

Itinéraire digital 2015 : Air Liquide

Le meilleur des deux mondes : réconcilier R&D traditionnelle et innovation ouverte

Bien que les produits qui constituent le cœur de métier d’Air Liquide soient des molécules qui par définition évoluent peu dans leur nature (oxygène, hydrogène etc.), l’innovation est au cœur de la stratégie du Groupe. En effet, un des principaux enjeux pour l’entreprise est d’échapper à la « commoditisation » c’est-à-dire la standardisation excessive de ses produits, en inventant en permanence de nouvelles applications pour ces molécules et en ouvrant de nouveaux marchés.

 

Cette expérience Air Liquide a été réalisée suite à l'entretien de Sia Partners avec :

 

Olivier Delabroy, Vice-Président Recherche & Développement d’Air Liquide

 

Air Liquide en chiffres :  

  • 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 1,7 milliards de bénéfices en 2014
  • 278 millions d’euros d’investissement dans l’innovation en 2014
  • 287 brevets déposés en 2014
  • 50 000 salariés dans 80 pays dont 6200 dans les entités dédiées à l’innovation

Le verbatim :

« Nous sommes convaincus que l’intelligence collective et la diversité des regards sont clés pour imaginer les produits et services de demain. Voilà pourquoi l’innovation ouverte irrigue notre démarche depuis de nombreuses années. »

Olivier Delabroy

 

En réponse à cet enjeu, le Groupe a développé une stratégie d’innovation basé sur trois piliers. Tout d’abord, l’Expertise dans son cœur de métier afin de conserver sa position de leader sur ses marchés traditionnels, au plus près de ses clients. Un deuxième volet consiste à faire preuve d’Audace en repoussant en permanence les frontières traditionnelles de l’activité de l’entreprise pour se positionner sur des marchés adjacents, en développant une nouvelle technologie par exemple. Enfin, le Groupe croit en sa capacité d’Intuition et parie sur de vraies transformations d’activité en investissant dans l’innovation de rupture.

...

Pour répondre à cette triple ambition, Air Liquide s’est doté d’un réseau mondial de centres d’innovation (France, Allemagne, Etats-Unis, Japon, et bientôt Chine) et a développé une politique d’innovation ouverte avec notamment un i-Lab à vocation exploratoire ainsi qu’une structure d’investissement en capital risque (ALIAD). Ces structures sont particulièrement importantes dans la recherche d’innovations transformantes qui nécessitent une prise de recul par rapport aux enjeux financiers de court terme. Ainsi le i-Lab défriche les sujets émergents en se concentrant sur quelques thématiques clés , comme par exemple « respirer dans la ville » ou « comment se nourrir demain ». Cette démarche ouverte est cohérente avec le positionnement historique de l’entreprise : de par son activité Air Liquide se situe au cœur de la chaîne de valeur de ses clients et a une longue expérience de travail collaboratif avec leurs services R&D. Par l’innovation ouverte, le Groupe accentue encore la diversité des points de vue sur ses projets innovants.

Mais pour Olivier Delabroy, se lancer dans l’innovation ouverte et profiter du travail en écosystème ouvert avec des start-ups, clients et partenaires ne peut se substituer aux activités de R&D traditionnelles très présentes dans les grands groupes : un enjeu managérial majeur se situe précisément dans la capacité à les faire dialoguer et à les faire collaborer ensemble de manière étroite.

Si l’on entend parfois que l’innovation ouverte pourrait se substituer à l’avenir à une vision traditionnelle de la R&D en fin de vie, Olivier Delabroy affirme leur complémentarité. L’innovation ouverte, et les méthodologies venues des start-ups permettent d’appréhender des processus moins linéaires et plus rapides. Mais les processus linéaires et de long-terme, largement éprouvés dans ce type d’entreprise sont tout aussi indispensables dans les domaines industriels, notamment en ce qui concerne la sécurité. L’entreprise doit alors développer sa capacité à gérer cette bi-modalité : il s’agit d’une qualité indispensable pour les managers de l’innovation de demain.

...

Tout comme le digital a imposé à l’IT de faire travailler ensemble l’IT traditionnel avec des développeurs davantage tournés vers l’expérience utilisateur, la R&D doit trouver son équilibre entre deux mondes aux codes différents. Il s’agit d’un enjeu de transformation pour l’entreprise et de valorisation des compétences pour les managers, qui va au-delà de l’âge des collaborateurs ou de leur formation. Au contraire, une politique de dialogue entre les différents profils permet parfois de révéler des vocations au sein des équipes historiques et faire émerger de nouveaux défis en interne. En mai 2013, la R&D Air Liquide a lancé le programme Flex Time qui officialise la bienveillance des managers pour que les collaborateurs puissent consacrer 10% de leur temps à des idées personnelles et les proposer ensuite à l’entreprise. En 2013, une centaine d’idées ont émergé et une dizaine, prototypées par l’i-Lab. Cette année, la démarche est organisée par équipe, avec la mise à disposition de plateformes collaboratives pour échanger entre les différents centres d’innovation, et orientée sur le thème stratégique pour le Groupe « respirer dans la ville » pour mieux fédérer les équipes.

Libérer les initiatives, tout en structurant sa politique d’innovation entre ouverture et R&D traditionnelle : l’ambition d’Air Liquide est d’obtenir le meilleur des deux mondes de l’innovation

 
 
0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top