• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
03/12/2015

Itinéraire digital 2015 : Econocom

La galaxie comme modèle de développement

Econocom est un groupe de services numériques de plus de deux milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont le slogan est « Digital for all, now ! », et dont l’engagement est « d’aider ses clients à bénéficier dès aujourd’hui des promesses de la révolution numérique ». Autant dire que pour Econocom, faire évoluer son modèle de développement et réaliser sa transformation digitale revêt une importance cruciale.

 

Cette expérience Econocom a été réalisée suite à l'entretien de Sia Partners avec :

 

Bruno Grossi, Directeur Exécutif

  et

 

Sandrine Godefroy, Chief Digital Officer

Econocom en chiffres :  

  • 8 500 collaborateurs
  • 2 milliards d’€ de CA en 2014

Le verbatim :

« Pour étendre le rayon d’action d’Econocom et sa capacité de mouvement, il nous fallait des ‘chevau-legers’. D’où notre choix d’investir dans des petites entreprises innovantes dont nous préservons jalousement l’autonomie et la culture »

Bruno Grossi.

 

...

Après avoir acquis en 2013 la société Osiatis, qui lui a permis d’atteindre une taille critique dans le domaine des services, Econocom a choisi de structurer sa croissance externe sur le modèle d’une « galaxie ». L’offre de la « planète mère» portée par les activités core business du groupe – les services, la distribution et le financement des projets– est complétée par des « satellites », sociétés innovantes et agiles dans lesquelles investit le Groupe. « Les satellites nous permettent d’accéder à des secteurs où le Groupe ne pourrait pas être présent ; des talents qu’on ne pourrait pas attirer chez Econocom ; des communautés où Econocom ne pourrait pas entrer facilement. A l’inverse, Econocom leur apporte sa base clients et les aide à accélérer leur développement », présente Bruno Grossi. A titre d’exemple, Econocom a ainsi racheté 66% d’Alter Way, acteur majeur de l’Open Source ; 45% d’Helis, spécialisé dans le conseil en infrastructures numériques; 90% d’ Altasys, spécialiste de la sécurité des systèmes d’information. Les satellites représentent d’ores et déjà 7% du chiffre d’affaires du groupe, et plus de 10% de la marge.

Econocom se garde bien d’absorber ces sociétés. La logique est celle d’une « associations d’entrepreneurs ». Le modèle de la galaxie est né d’une volonté de surmonter les écueils classiques des acquisitions. S’ils doivent respecter les règles de base, de communication et de reporting, les satellites gardent une grande autonomie opérationnelle. « Au-delà des déclarations de principe, ce type de structure n’est pas fréquent. Mettre en œuvre des synergies tout en respectant l’autonomie des parties prenantes n’est pas toujours facile, je le vis tous les jours. Mais c’est essentiel pour préserver l’esprit start-up, la vitesse d’exécution et la créativité chers à nos clients », explique Bruno Grossi. « le concept de galaxie suscite de l’intérêt à chaque fois que nous le présentons. Et nos satellites deviennent les meilleurs ambassadeurs pour attirer de nouvelles pépites dans la galaxie Econocom. »

...

Econocom a entrepris d’accélérer sa propre transformation digitale en créant le poste de Chief Digital Office (CDO). Ce choix a été motivé par « une approche transverse du Digital, une volonté d’embarquer tous les collaborateurs », explique Sandrine Godefroy, devenue CDO d’Econocom en juillet dernier. Alors que les premières transformations sont d’ores et déjà enclenchées en mode « quick win », la démarche s’appuie sur des convictions fortes. Tout d’abord, se concentrer sur les terrains encore en friche du Digital pour prendre l’avantage. C’est ainsi qu’un des tous premiers chantiers de Sandrine Godefroy est la montée en puissance sur la pratique encore naissante du « social selling », l’utilisation des réseaux sociaux dans la vente en B2B.

Deuxième principe, rendre la transformation concrète, ancrer le digital dans le quotidien des collaborateurs, à tous les niveaux. Cela passe par exemple par l’installation de roompads à l’entrée de la salle de réunion, pour afficher l’état d’occupation d’une salle, le planning de la journée, permettre la réservation à la volée. Ou encore, par la mise à disposition de l’application mobile du groupe, Econotouch (annuaire d’entreprise, actualités Groupe, géolocalisation des sites, réalité augmentée), sur les smartphones professionnels et/ou personnels de tous les collaborateurs. Et ne pas perdre de vue la finalité… Comme le souligne Sandrine Godefroy, « les innovations se traduisent trop souvent par une charge supplémentaire … On a tendance à oublier que le premier avantage du digital est de simplifier la vie ! »

 
 
0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top