• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
23/10/2015

Itinéraire digital 2015 : Rencontre avec Jean-Pierre Schmitt

Mettre l’humain au cœur de l’innovation

Jean-Pierre Schmitt connaît son sujet : docteur (PhD) en sciences du management, ancien enseignant à l'INSEAD, en parallèle de sa carrière de consultant en stratégie et organisation. Professeur titulaire de chaire honoraire du Conservatoire national des arts et métiers il a écrit de nombreux articles sur l’organisation des entreprises. C’est donc naturellement qu’il s’est intéressé à l’innovation comme facteur de métamorphose des relations hiérarchiques et de promotion de la subsidiarité et de la responsabilisation. Cet article retrace le cheminement intellectuel d’un adepte de l’économie collaborative et du grand chamboulement des modèles de travail.

 

Cet article a été réalisée suite à l'entretien de Sia Partners avec :

 

Jean-Pierre Schmitt, Professeur titulaire de chaire honoraire du Conservatoire national des Arts et Métiers, et président du club Innovation et design des Anciens de l’INSEAD

 

Le verbatim :

« Le changement est indissociable de l’humain. Nous parlons beaucoup de résistance au changement comme un mal français. Il s’agit plus d’une résistance à la façon de changer. On ne peut rien espérer d’autres que l’objection si l’on impose un changement. Il faut responsabiliser, convaincre, dialoguer. Le changement par l’humain, pour l’humain : voici la voie passionnante et efficace pour innover, évoluer et grandir. »

Jean-Pierre Schmitt.

 

La révolution du digital, c’est actuellement surtout la révolution de l’Internet et des réseaux de communication. Impensable il y a 25 ans, le WEB donne aujourd’hui accès pour chaque entreprise à une base de connaissances infinie. Mais aussi et surtout il bouleverse les modèles de transmission et de partage de ces connaissances : collaborateurs, partenaires, clients, concurrents… hier pensés comme des pions sur le grand échiquier du marché, ils sont aujourd’hui les engrenages qui déterminent le bon fonctionnement de l’entreprise.

Cette « démocratisation » de la hiérarchie va de pair avec un déclin progressif du salariat. Bâti sur les charbons encore ardents de la révolution industrielle, ce modèle est aujourd’hui remis en cause par des fonctionnements plus collaboratifs. Apporter de la flexibilité, remettre le client au cœur du business : autant d’enjeux auxquels le salariat ne répond plus.

...

Pour entamer sa mue, l’entreprise doit s’intéresser à un triptyque d’innovation : produits, process et management. Produits en premier lieu : le « design-thinking » est aujourd’hui un must-have culturel, venu remplacé progressivement des méthodes techno-push où primaient la qualité technique et le développement scientifique, au détriment de la satisfaction client. Jean-Pierre Schmitt voit dans cette transition la mort annoncée des départements R&D classiques, souvent trop éloignés des attentes du marché ; ceci ne concerne évidemment pas la recherche fondamentale. Si la collaboration avec des équipes Marketing se révèle nécessaire , elle n’en reste pas moins une roue de secours face à des mécanismes d’open innovation bien mieux rôdés pour concilier progrès techniques et attentes clients.

L’innovation doit aussi être dans les process, véritables clés de voûte de la performance, notamment, financière d’une entreprise. Amazon est l’un des exemples les plus pertinents d’une entreprise construite sur l’optimisation des process pour maximiser le profit inhérent à chaque commande passée sur le site. Et qui est mieux placé que l’opérateur pour participer à cette innovation ?

Pour redonner vie à l’esprit créatif de chaque collaborateur, l’entreprise doit aujourd'hui faire preuve d’innovation managériale. La satisfaction financière et la sécurité de l’emploi ne suffisent plus à satisfaire un employé. Il faut susciter chez lui le sentiment de performance et d’apport à l’entreprise : l’intéressement aux résultats de l’entreprise est une première étape. Une vraie remise en question de la structure hiérarchique passe par une responsabilisation et une autonomie accrues au quotidien. Chaque employé doit ainsi être sollicité et impliqué dans l’évolution de son métier, de l’idéation à la mise en œuvre des innovations dont il est porteur

...

Face à cette nécessité de transformation, la direction d’une entreprise a un rôle capital à jouer : il est nécessaire que le patron d’une PME comme le PDG d’un groupe multinational soit le porteur de ce message d’innovation. Pour rendre plus poreux les différentes étages hiérarchiques et faciliter la remontée d’information.

Face à ce défi, Jean-Pierre Schmitt met en garde: les entreprises françaises, quoique très innovantes, sont moins performantes pour amener les produits sur le marché, susciter et répondre à un besoin du client. L’approche technique de l’offre prédomine, au détriment de l’usage et de la marge. Les dirigeants raisonnent plutôt en coûts qu’en prix.

La montée en puissance des doubles diplômes (formations ingénieur et formations commerciales/managériales, tend à lutter contre cet état de fait. Il est primordial que les entreprises évoluent, par leurs collaborateurs et pour leurs clients. Mettre l’humain au cœur de l’innovation : un défi, aujourd’hui, pour la croissance, demain.

 
 
0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top