• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
03/03/2009

La 4G, lancement imminent ?

Le 12 janvier 2009, afin de faire accélérer les prises de décisions dans les nombreux débats autour du choix de la future norme 4G pour l'Internet mobile à très haut débit, le gouvernement français a décidé de lancer une consultation fin février liée aux licences 4G.
Cette consultation aura pour objectif de statuer sur l'attribution des bandes 790-862 Mhz et 2,6 Ghz, qui correspondent à la réaffectation du dividende numérique pour la 4G, signée le 23 décembre 2008.

La « guerre des normes »

Les spécifications du standard « IMT-Advanced », appelé plus communément « 4G », ont été définies par l'ITU (Union International des Télécommunications) mi 2008. De nombreux acteurs ont souhaité se positionner pour proposer la norme la plus adéquate, rendant complexe ces 2 dernières années la visibilité sur le futur des réseaux de télécommunications mobiles. Cependant la « guerre des normes » de télécommunication pour la 4ème génération semble aujourd'hui se stabiliser autour de 2 normes :

• La norme LTE Advanced, évolution de la norme LTE (Long Term Evolution), qui est dans la continuité des normes mobiles (HSPDA, UMTS, GSM, ...).
La norme LTE est déjà en test mais considérée comme une technologie 3,9 G. Elle permet un débit de 100 Mbps en download et 50 Mbps en upload, à comparer avec le débit de 7,6 Mbps de la norme HSPDA (3,5G). Les terminaux mobiles compatibles LTE ne sont pas encore matures pour être commercialisés mais LG a cependant présenté un chipset mobile en décembre 2008 à la presse, déclarant une industrialisation possible en 2010

• La norme Gigabit Wimax, évolution de la norme Wimax fait office de concurrente. Le Wimax propose aujourd'hui des débits importants (70 Mbit/s sur un rayon de 50 km) et pouvant être utilisé sur des terminaux mobiles, mais ne répond pas à tous les pré-requis de la « 4G ».
HTC a lancé en Russie en novembre 2008, le « HTC Max 4G », terminal mobile s'appuyant sur la norme Wimax avec l'opérateur télécom Scartel

La difficulté pour statuer sur une de ces 2 normes provient du fait qu'elles sont concurrentes et complémentaires :
• La norme LTE Advanced s'appuie sur la norme LTE qui est défendue par la plupart des opérateurs de télécommunications mobiles, car c'est une norme qui est issue de « l'univers télécoms » et pilotée par le 3GPP. Elle nécessite moins de mises à jour des réseaux télécoms et place les opérateurs en position dominante. Elle est particulièrement adaptée aux usages en mobilité en diminuant notamment les temps de latence (facteur clé de succès des applications notamment de VoIP et de jeux en réseau), permet une gestion naturelle du handover, ...
• La norme Gigabit Wimax s'apppuie sur la norme Wimax est défendue par l'IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), car c'est une norme dérivée de « l'univers informatique ». Elle offre l'avantage d'être totalement intégrée avec l'univers Internet et PC et d'avoir dès aujourd'hui des premiers terminaux mobiles compatibles

Nota Sia Partners : Une confusion est souvent faite entre LTE et « 4G ». La LTE est une norme plus rapide que la HSPDA (« 3,5G ») actuelle, mais ne remplis pas tous les pré-requis définis par l'ITU pour pouvoir être classifié en tant que « 4G ». Elle est donc souvent considérée comme une norme « 3,9G », à contrario de la « LTE Advanced » qui appartient au standard « 4G ».

En termes de comparaison de la maturité des normes « filles », le Wimax est en avance réglementaire de plusieurs années sur le LTE (distribution des licences Wimax en juillet 2007 par le gouvernement français), mais voit son avance se réduire par rapport à la LTE.
En effet, le Wimax a été très peu exploité aujourd'hui par les opérateurs en Europe, tandis que divers initiatives sont à noter , notamment :
Dans le monde :
• Au japon, NTT Docomo a mis en place trois sites pilotes LTE en 2008 dans les villes Kofu, Sapporo et Yokosuba. L'opérateur prévoit de commercialiser la LTE en 2009 et la « 4G » en 2010
• En Suède 5 opérateurs ont eu le feu vert pour bâtir un réseau LTE, suite à une attribution de licences pour 226 millions d'euros
• En Grande Bretagne, une consultation autour de la 4G a été lancée par le régulateur en juin 2008
• Durant le GSMA 2009, Alcatel-Lucent a annoncé qu'il allait déployer le réseau LTE de Verizon au Etats-Unis

En France quelques initiatives ont eu lieu dans ce sens :
• Ericsson a expérimenté en novembre 2008 un pilote du réseau LTE
• L'appel à consultation initié par le gouvernement français et repris par l'ARCEP pour fin février stipule qu'une procédure d'attribution des licences 4G doit avoir lieu avant fin 2009 et une ouverture commerciale des réseaux d'ici 2012

De la 3G à la 4G : l'évolution des usages

La mise en place du réseau 3G dans les années 2000 s'était soldée par un échec commercial. Cet échec a été principalement lié à des terminaux non adaptés, des plan tarifaires onéreux et complexes et un besoin client non présent

Le marché télécom est cependant aujourd'hui en forte évolution :

• Avec l'arrivée du tactile, les téléphones mobiles ont de grands écrans permettant une meilleur navigation sur l'internet en mobilité. L'Iphone symbolise le décollage de la vidéo et de l'image sur mobile. De plus les terminaux en mobilité ne sont plus uniquement des téléphones mobiles mais aussi des mini-PC (NetBooks) auxquels sont ajoutés des clés USB (ou des cartes SIM en interne) permettant de les connecter sur le réseau télécom mobile. Ainsi l'Internet accessible en mobilité n'est plus un Internet avec des fonctionnalités restreintes (cf WAP) mais tend vers le même Internet que celui utilisé à partir d'une connexion fixe, avec la même richesse fonctionnelle

• La démocratisation de l'accès à l'Internet fixe s'est fait avec la commercialisation d'offres permettant un usage illimité pour un prix forfaitaire par mois. Concernant l'Internet mobile, après avoir testé différents modèles de pricing (paiement au Ko, paiement lié au site consulté, ...) les opérateurs sont revenus depuis 2007 à des forfaits Internet mobile illimités qui ont immédiatement suscité l'intérêt du grand public (cf Forfait illymithcs de SFR, iPhone de Orange et i-mode HD de Bouygues Telecom). Cette nouvelle politique tarifaire fait croître de façon important le taux de pénétration de l'Internet mobile en France ces dernières années et l'institut d'étude Forrester Research prévoit un taux de pénétration de 38% d'ici 2015

• Une modification forte des usages de l'Internet est constatée depuis ces dernières années. La démocratisation de la consultation de fichiers multimédia à travers notamment les sites de partage audio et vidéo nécessite des bandes passantes de plus en plus importantes pour un parcours client fluide sur le terminal mobile. De plus l'explosion du communautaire nécessite un débit ascendant conséquent, débit quasi inexistant en 2G et faible en 3G

La 4G aura-t-elle ses clients ?

Les offres des opérateurs télécoms mobile ont toujours été en avance sur les attentes réelles du grand public. Ainsi la grande majorité des usages mobiles récents ont été crées par les services commercialisés par les opérateurs, et non sur la base d'un besoin réel constaté en mobilité.
Cependant le fort développement des usages datas et Internet depuis quelques années, lié à la démocratisation du haut débit fixe, a créé de nouvelles attentes fortes sur le mobile en avance sur la technologie. Les internautes souhaitent aujourd'hui pouvoir naviguer sur internet de façon fluide, avec des pages internet ergonomiques, et une part importante de la population souhaite de plus pouvoir interagir avec les sites et communautés Web.

Ces attentes liées à l'internet fixe se transforment en frustration par rapport à l'Internet mobile : l'amélioration des capacités graphiques des terminaux mobiles associée à la possibilité de naviguer avec des forfaits illimités créent un besoin de fluidité lors de la navigation, et le souhait de retrouver les mêmes fonctionnalités que sur l'Internet « fixe ». Mais celui-ci ne peut être pleinement satisfait avec les débits mobiles actuels.

Sia Partners prévoit cependant des points de blocages important pour la mise en place de ce nouveau réseau : un réseau 3G dont l'investissement important n'est pas encore amorti pour les opérateurs, la crise financière qui pousse les entreprises à décaler leurs investissements non vitaux, et le manque de visibilité sur le réseau « 4G » qui est lui-même le successeur d'un réseau (LTE) non installé aujourd'hui dans la plupart des pays. Ces points de blocage entraineront un retard au décollage, malgré la volonté d'accélérer des gouvernements, avec une commercialisation des premiers services 4G entre 2012 et 2015.

Articles complémentaires
1. Attribution de la quatrième licence mobile : faits, enjeux et conséquences
Les trois mousquetaires de la téléphonie mobile seront bientôt quatre...
2. Le marché de la téléphonie mobile en France en 2009
Où en est le marché de la téléphonie mobile aujourd'hui ? Quels sont les chiffres marquants de l'année 2008 ?
3. Quelles conclusions tirer du GSMA World Congress ?
Dans un contexte mondial morose, quelles conclusions tirer du GSMA World Congress ? La tendance globale de l'édition 2009 du plus grand salon des télécommunications est le basculement vers le contenu et les applications.
4. Offres illimitées: une montée progressive de l'illimité total ... jusqu'à la gratuité ?
Sur le marché du mobile les formules illimitées se multiplient et il faut parfois être un expert pour discerner les subtilités des formules et des avantages réels.
0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top