• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
30/03/2015

Les objets connectés ont-ils une âme ?

Qu'en pensent les étudiants de 2015 ? Orange, JobTeaser.com, plateforme web de découverte, d'échanges et de recrutement entre entreprises et étudiants et Sia Partners, cabinet de conseil en stratégie opérationnelle et management, organisent depuis six ans un concours destiné aux étudiants des écoles et universités pour les faire réfléchir sur la mobilité et le digital sous toutes ses formes modernes. La sixième saison se donnait comme ambition de traiter l'émergence des objets connectés comme nouvelle frontière technologique et sociétale. La question était provocante : les objets connectés ont-ils une âme ?
 
Sur les 145 inscrits, représentant 77 écoles, qui ont accepté de relever ce défi, le jury a sélectionné 20 articles qui plongent au coeur d'une contradiction existentielle. En effet, chacun des auteurs reconnait que les objets connectés apportent une dimension nouvelle et riche à la vie quotidienne. Mais que nul aujourd'hui ne peut percevoir les risques réels d'un développement invasif de ces outils. Au-delà des contraintes de sécurité, et du maintien de la confidentialité des données personnelles, les auteurs s'interrogent tous sur la capacité de l'homme à préserver sa capacité de jugement, son libre arbitre.

L'objet connecté est tentateur. Il sait tour à tour capter l'information sur chacun de nos comportements, en tirer des analyses, nous proposer des solutions voire même nous sermonner si nous négligeons de pratiquer nos exercices physiques et si nous absorbons trop de calories. Cette omniprésence bienveillante peut être capable du meilleur, comme optimiser nos temps de parcours, nous guider vers les bonnes pratiques d'une vie plus saine, mieux gérer notre consommation énergétique, éviter les accidents. Ils pourraient aussi, sans être peut-être capables du pire, nous inciter à une forme de paresse intellectuelle, inhiber notre lucidité et nous conduire avec indolence à nous reposer sur ces objets bien intentionnés.

 

Cette ambivalence est soulevée par de nombreux articles : dangereux espions ou âmes bienveillantes, les objets connectés ne sont certainement pas des auxiliaires neutres de notre évolution. Mais leur conférer une conscience, c'est-à-dire capable de discerner le bien du mal, est un pas qu'il serait bien prématuré de franchir. Les étudiants ont bien analysé que selon le point de vue de chacun, l'entrepreneur, le citoyen ou le poète, les objets connectés par leur multiplication exponentielle, leur insertion visible et invisible dans chacun de nos actes, s'invitent comme un nouveau partenaire de l'homme. Si l'âme n'est pas encore au rendez-vous, il est clair que la lucidité et la conscience des hommes qui les développent et les exploitent doivent être sollicitées.

 

La lecture de ces articles pourrait nous conduire à une vision pessimiste de l'avenir de l'homme, encombré de mini-consciences infatigables et invasives. Mais elle appelle surtout à une réflexion urgente sur le sens de la technologie et de son contrôle au service du bien de l'humanité.

  
Découvrez les articles des 20 participants finalistes sélectionnés ici ! Plus d'informations sur www.generation-mobilite.com

 

Signataires :

 

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top