• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
15/04/2009

Que faut-il retenir du Salon Green:net 09 de San Francisco ?

Saviez vous qu'un avatar sur Second Life consomme autant d'énergie qu'un habitant du Brésil ? Cette comparaison a créé une véritable onde de choc auprès des principaux acteurs de l'industrie des télécoms et de l'IT, ils se mobilisent maintenant fortement contre le réchauffement climatique. Le salon GREENNET 2009, qui s'est tenu à San Francisco le mercredi 25 mars, est le premier salon dédié à ce phénomène.

 

Internet consommera en 2030 autant que l'humanité en 2008

La majorité des consommations électriques proviennent des serveurs informatiques. Une étude récente de Gartner présente que les 30 millions de serveurs dans le monde consomment 2% de l'électricité mondiale... soit autant que l'industrie aérienne ! D'après l'université de Dresde, l'Internet consommera en 2030 autant que l'humanité en 2008.

Mais seulement 15% des employés du secteur de l'informatique regardent la facture électrique de leur entreprise. Historiquement, l'industrie informatique ne prêtait pas attention à cet air chaud soufflé par le ventilateur de chacune de ces machines. Désormais, cela devient une des priorités du secteur.

Malgré cela, deux tendances s'opposent. Christina Page, directeur de la stratégie climat et énergie de Yahoo !, défend l'idée selon laquelle les entreprises doivent réduire leur demande d'énergie plutôt que d'utiliser des énergies propres. En revanche, Albert Esser, vice-président de Dell, ne remet pas en cause la grande consommation des data centers. Il met en avant le fait qu'en tant que grand consommateur d'énergie, les data centers peuvent solliciter de petits acteurs locaux pour se convertir aux énergies renouvelables. Chez Microsoft, les employés sont sollicités pour faire part de leurs idées innovantes. Rob Bernard, responsable de la stratégie environnementale, insiste sur le fait que chaque acteur doit intégrer à sa stratégie ses clients et ses fournisseurs.

Les Télécoms apportent des solutions de maîtrise d'énergie à l'habitat

Dans le cadre du salon GREENNET 09, une tendance est présente dans la plupart des conférences. Il faut dans un premier temps savoir mesurer les consommations d'énergies pour les réduire et limiter les émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, la plupart des innovations concerne ce type d'outils high-tech. Gavin Starks qui dirige AMEE, une plateforme de services online, déclare qu' « il faut avoir conscience que nous avons atteint le pic de consommation de nos ressources ».

Cette année de nombreuses startups étaient présentes pour présenter leurs idées au Salon GREENNET 2009 à San Francisco. Beaucoup d'entre elles se situent sur le créneau des économies d'énergie et de la mesure de la consommation à l'aide de capteurs intelligents. La startup « Packet Power » propose des « smart power cables » qui permettent de surveiller la consommation et la température des organisations high-tech. D'autres startups proposent de sensibiliser le grand public aux économies d'énergie et aux risques carbone en développant des jeux ou des réseaux sociaux autour de ces thèmes. La start up américaine Visible Energy innove en ajoutant la télé-domotique à son offre de téléservices électricité. La puissance de ce concept consiste au pilotage à distance des prises électriques directement depuis l'iPhone. Les économies d'énergie ne proviennent plus seulement de la sensibilisation aux éco-gestes, mais d'une meilleure gestion électronique des équipements du client.

Des applications inédites à d'autres secteurs

Les télécoms peuvent contribuer à des réductions d'énergie dans d'autres secteurs. GigaOM qui organise le GREENNET nous propose quelques solutions : le GPS permet par exemple d'avoir une conduite responsable en prenant le chemin le plus court, en situant les pompes à essence les plus proches ou en évitant les embouteillages afin de réduire la consommation des véhicules et les émissions de CO2.

Enfin, la voiture connectée nécessite une inversion du processus de réflexion autour de la conception et de la possession d'une voiture. Rolf Schreiber, ingénieur de Google RechargeIT a déclaré que l'on parle de « deux industries qui n'avaient rien à voir l'une avec l'autre auparavant ». La priorité est la standardisation et l'interopérabilité. La plupart des parties prenantes qui gravitent autour de la voiture communicante réclame des aides gouvernementales, des prêts et des garanties pour financer les batteries ou encore des subventions pour les stations de charge. Ces diverses aides ne devront pas empêcher la création d'un réel modèle économique comme le dit Navin Chaddha, directeur de Mayfield.

Les start up phosphorent de nouvelles idées pour la maitrise de la dépense énergétique. La Californie, et plus particulièrement San Francisco représente cette révolution Green Tech. Son maire, Gavin Newsom, était présent au salon qui se déroulait dans sa ville pour exposer des exemples de ces projets autour des Green IT. A San Francisco, un organe indépendant mesure les émissions de CO2, la flotte de véhicules municipaux possède des tuyaux d'échappement écologiques, un outil de localisation des panneaux solaires existe sur Internet, des stations de charge de véhicules électriques sont déployées dans toute la ville, la mairie est associée à Cisco pour réduire les émissions provenant des ordinateurs et enfin il existe un plan pour augmenter les tarifs des parkings durant les pics de fréquentation.

Au-delà des annonces, le salon Greennet 2009 est révélateur des nouvelles tendances en ce qui concerne les économies d'énergie, les énergies propres ainsi que la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans ces domaines, aucune innovation n'est révolutionnaire mais on constate une tendance de fond qui vise à utiliser les nouvelles technologies et les télécoms vers ces types d'objectifs qui deviennent prioritaires. La lutte contre le réchauffement climatique et pour la protection de la planète se prépare aujourd'hui grâce à des armes high-techs ou des solutions télécoms.

 

Articles complémentaires
1. Quelles conclusions tirer du GSMA World Congress de Barcelone ?
Le GSM Congress de Barcelone est la Mecque des Télécoms, rendez-vous incontournable de la profession. Une équipe de Sia Partners était présente ...
 
0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top