• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
01/07/2011

RFID : un nouveau moyen de compter les voyageurs pour 2013 ?

Cet article a obtenu le cinquième prix du Concours étudiant Génération mobilité, organisé par Sia Partners et Orange, en partenariat avec Le Figaro.fr.

Il existe déjà de nombreuses méthodes de comptage qui, lorsqu'elles ne présentent pas des problèmes de fiabilité ou de robustesse, coûtent très cher. Une équipe de 7 étudiants de l'Ecole Centrale de Lille - l'équipe Projet Comptage - travaille sur ce qui pourrait être une méthode d'avenir en termes de comptage à distance. Nous les avons rencontrés.

Compter, mais dans quel but ?

Notre projet a pour premier objectif de proposer une nouvelle méthode de comptage des personnes dans les bus. Celle-ci devra être plus précise et moins coûteuse (mise en place et maintenance) que les méthodes existantes.

Il s'agit principalement de permettre aux compagnies de transport en commun de vérifier l'adéquation entre l'offre des services et la demande des clients. En effet, malgré les conséquences de la crise, la fréquentation des transports en commun ne cesse de croître. Par exemple, elle a augmenté de 2,4% pour la RATP au 1er semestre 2010. Les infrastructures doivent donc être aménagées en conséquence. Le comptage des passagers se révèle donc indispensable pour :
- identifier avec précision les heures de pointe ;
- adapter le nombre de véhicules en fonction des passagers ;
- modifier ou créer de nouvelles lignes ;
- adapter les secours au nombre de personnes mises en danger en cas de soucis matériels ou accidents.

Par ailleurs, notre projet intègre aussi une dimension de développement durable. De fait, en plus de faire faire des économies aux entreprises de transport, il permettra de diminuer la pollution émise, grâce à une organisation des lignes plus proche des besoins.

Compter les passagers des bus était l'idée première du projet, mais nous ne nous mettons pas de barrière : notre méthode pourra s'adapter aux transports en commun en général (tramway, métro, trains...) ainsi qu'à des magasins, grandes surfaces, aéroports, stades, etc.

Pourquoi une nouvelle méthode de comptage ?

Il existe déjà de nombreuses méthodes de comptage : les marches compteuses, les tapis sensibles, les faisceaux infrarouges, l'imagerie, etc. Cependant, ces méthodes ne sont pas satisfaisantes, et ce pour plusieurs raisons : manque de précision, coût d'installation élevé, coût de maintenance important, etc. Nous avons donc pour objectif de proposer une méthode de comptage innovante, qui s'appuiera sur de nouvelles technologies qui envahissent notre société : les téléphones portables et les puces RFID (Radio Frequency IDentification).

Notre première idée a été la suivante : en décembre 2010, 99,1% des français ont un téléphone portable. Au lieu de compter les passagers, pourquoi ne pourrait-on pas compter leur téléphone portable ? Bien que des écarts dans la répartition des téléphones mobiles existent au sein de la population, les corrections apportées par des données statistiques permettraient d'atteindre une excellente précision du comptage.

Et la RFID dans tout ça ?

Malheureusement, compter directement les téléphones portables par les ondes qu'ils émettent aurait nécessité un dispositif très complexe et coûteux, ce que veut absolument éviter notre projet. Il nous a donc fallu réfléchir à une autre solution technique.

Selon les spécialistes, d'ici deux à trois ans, les téléphones portables seront tous équipés en France de puces RFID particulières : les NFC (Near Field Communication). La diffusion d'un million de terminaux mobiles équipés NFC est prévue pour 2011 en France. Déjà utilisées au Japon, ces puces permettent d'utiliser son téléphone portable comme carte bancaire ou titre de transport, et ce sans contact. C'est justement sur cette technologie que nous voulons créer un dispositif de comptage simple, peu coûteux, instantané et à distance.

Attention cependant au respect de la vie privée et au cryptage des données présentes sur la puce. Notre système ne permettra pas le traçage des gens ou le piratage de données. Il n'aura besoin que des identifiants des puces présentes sur les portables, données anonymes qui seront supprimées de la mémoire vive au fur et à mesure du comptage.

Le projet Comptage se base sur une réelle demande. Deux grands groupes industriels, en contact avec le directeur scientifique du projet, se sont montrés très intéressés. Le projet est donc prometteur... Reste à savoir si l'équipe d'étudiants réussira d'ici les mois à venir à régler le problème de la détection des puces sur plusieurs mètres de distance, les NFC n'étant actuellement détectables qu'à 15 cm maximum.

Thomas Briand
Ecole Centrale de Lille

Sources

- Bus, le comptage des voyageurs, RATP savoir-faire n°19
- Site Internet de l'ARCEP : Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes.
- Loi « Informatique et Libertés », CNIL, 6/01/ 1978
- Les chiffres de la fréquentation transport en commun
- Diffusion des puces NFC en France
- Quatre opérateurs mobiles s'engagent sur le paiement sans contact, 01net., 09/02/2011

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top